News

Recent Facebook posts 

Trouver un moyen de réparer les dommages causés par la SLA au niveau de la jonction neuromusculaire, qui relie les cellules nerveuses et musculaires, constituerait une étape majeure dans le traitement de la SLA. À l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à la MND/ALS, nous nous concentrons sur une étude innovante en cours à l'URC qui étudie précisément cela. Les recherches de Richard Robitaille, professeur et chercheur à l'Université de Montréal, ont démontré dans des modèles précliniques que la darifénacine, un traitement approuvé pour l'hyperactivité vésicale pourrait bloquer les cellules hyperactives qui causent la rupture de la connexion nerf-muscle dans la SLA. Dans des modèles murins, le traitement améliorant ainsi la mobilité et la force. Les chercheurs doivent maintenant voir comment cet effet se traduit chez les humains, mais sur papier l'approche est prometteuse.Lisez les commentaires des chercheurs: reporter.mcgill.ca/trouver-linterrupteur-principal-pour-la-sla. Pour tous les essais sur la SLA à l'URC, visitez cru.mcgill.ca/fr/sla-2 ou appelez le 514-398-5500.**Finding a way to repair the damage caused by ALS in the neuromuscular junction -- which connects nerve and muscle cells -- would be a major step in treating ALS. On MND/ALS Global Awareness Day, we focus on an innovative study underway at the CRU studying just that. Research by Richard Robitaille, a professor and researcher at Université de Montréal has shown in preclinical models that an approved treatment for overactive bladder could also block the overactive cells that cause the nerve-muscle connection to breakdown in ALS, improving mobility and strength. Researchers still need to see whether this effect will translate when studied in humans, but on paper it is a promising approach. Read what the researchers had to say: reporter.mcgill.ca/finding-the-master-switch-for-als/.For all ALS trials at the CRU, visit cru.mcgill.ca/als or call 514-398-5500. ... See MoreSee Less
View on Facebook
The European Network to Cure ALS held its annual meeting in Stockholm, Sweden this week and members from the CRU’s ALS team were out in force at this important research conference, including (from left to right) ALS Disease Lead Vanessa Bertone, CAPTURE ALS coordinator HyungMo Kang and Investigator-Initiated Trials coordinator Nisha Pulimood. Nisha presented a poster on the preclinical results of darifenacin on ALS; this drug approved for overactive bladder may be able to support the repair of the neuromuscular junction in ALS and is currently being studied in a trial at the CRU. HyungMo presented a poster on the advances from CAPTURE ALS, a Canada-wide biomarker study to better understand the very varied ways that ALS develops and progresses to help researchers target treatments more accurately. **Le Réseau européen pour guérir la SLA (ENCALS) a tenu cette semaine sa réunion annuelle à Stockholm, en Suède, et les membres de l’équipe de la SLA à l’URC étaient sur place pour cette importante conférence de recherche incluant (de gauche à droite) Vanessa Bertone, responsable de l’équipe de la SLA, HyungMo Kang, coordinateur pour CAPTURE SLA, et Nisha Pulimood, coordinatrice des essais initiés par les chercheurs. Nisha a présenté une affiche scientifique sur les résultats précliniques de l’efficacité de la darifénacine sur la SLA ; ce médicament approuvé pour l'hyperactivité vésicale pourrait contribuer à la réparation de la jonction neuromusculaire dans la SLA et est actuellement étudié dans le cadre d'un essai à l’URC. Pour sa part, HyungMo a présenté une affiche sur les avancées de CAPTURE SLA, une étude pancanadienne sur les biomarqueurs visant à mieux comprendre les façons très variées dont la SLA se développe et progresse afin d'aider les chercheurs à cibler les traitements avec plus de précision.#ALS #SLA #ENCALS #amyotrophic lateral sclerosis #cureals #cru #neuro #mcgill@theneuro_mni ... See MoreSee Less
View on Facebook
Juin est le mois de la sensibilisation à la myasthénie grave (MG), une maladie auto-immune débilitante qui touche plus de 10 000 canadiens et canadiennes. La MG se caractérise par une faiblesse anormale des muscles volontaires, entraînant une perte de fonction musculaire et une fatigue rapide. Les individus peuvent expérimenter des paupières tombantes, des difficultés à contrôler leurs expressions faciales, à mâcher, avaler et parler ainsi qu’une faiblesse au niveau des bras, des jambes ou du cou. La maladie est plus fréquente chez les femmes entre 20 et 40 ans et chez les hommes de plus de 50 ans.Certaines personnes atteintes de MG ne répondent pas bien aux traitements disponibles, qui impliquent la suppression à long terme du système immunitaire. L’URC se penche sur de nouvelles options de traitement potentielles qui pourraient être plus précises.Pour les études en cours, visitez cru.mcgill.ca/nm ou envoyez un courriel à nm.neurocru@mcgill.ca.**June is the awareness month for Myasthenia Gravis (MG), a debilitating autoimmune disease which affects over 10,000 Canadians.MG is characterized by abnormal weakness of voluntary muscles that leads to a loss of muscle function and rapid fatigue. Individuals may experience drooping eyelids, difficulty controlling facial expressions, chewing, speaking and swallowing, and weakness in arms, legs or neck. It is most common in women between 20 and 40 and in men over 50.Some individuals with MG do not respond well to available treatments, which involve the long-term suppression of the immune system. The CRU has been focussed on finding more precise treatment options. For more information on ongoing studies or visit cru.mcgill.ca/nm, or email nm.neurocru@mcgill.ca.#myastheniagravis #myastheniegrave #snowflakedisease #neuromuscular #clinicalresearch #clinicaltrials #essaiscliniques #mcgill #neuroscienceCanadian Organization for Rare DisordersThe NeuroMcGill Research and Innovation ... See MoreSee Less
View on Facebook
Un défi de taille auquel se butte les chercheurs pour développer de meilleurs traitements contre la Sclérose en plaques (SP) est de s’assurer que le médicament traverse la barrière hémato-encéphalique -- une membrane qui filtre les grosses molécules. Certains des traitements les plus efficaces contre la SP consistent d’anticorps qui sont justement trop gros pour traverser cette barrière, ce qui limite considérablement leur efficacité.Des chercheurs pensent avoir trouvé un moyen d’engager les récepteurs de la barrière hémato-encéphalique et de permettre à certaines grosses molécules de la traverser, créant ainsi une sorte de « navette cérébrale ». Un nouvel essai mené à l’URC espère montrer que cette technique permettrai au traitement d'atteindre les cellules immunitaires du cerveau lui-même et de traiter l’inflammation sous-jacente qui peut couver entre les rechutes de SP, lorsque les symptômes deviennent apparents. Lisez les commentaires du chercheur principal : reporter.mcgill.ca/traverser-la-barriere-hemato-encephalique-pour-traiter-la-sp.Pour les essais sur la SEP au CRU : cru.mcgill.ca/fr/sp.**An ongoing challenge to develop better Multiple Sclerosis (MS) treatments is getting medication to cross the blood-brain barrier -- a membrane that screens out large molecules. Some of the most effective treatments for MS are monoclonal antibodies, which are too big to cross the blood brain barrier, which greatly limits their effectiveness.Researchers may have found a way to engage receptors on the blood-brain barrier to allow certain large molecules to cross – creating a type of ‘brain shuttle’. A new trial at the CRU hopes to show that this technique could allow treatments to reach immune cells in the brain itself and address the underlying inflammation that may smolder between MS relapses, when symptoms become apparent. Read what the principal investigator had to say: reporter.mcgill.ca/crossing-the-blood-brain-barrier-to-treat-ms. For MS trials at the CRU: cru.mcgill.ca/ms. #MS #multiplesclerosis #SP #scléroseenplaques #bloodbrainbarrier #brainshuttle #clinicaltrials #essaiscliniques The Neuro McGill Faculty of Medicine and Health SciencesSP Canada - Montréal SP Canada Centre du QuébecSP Canada - LavalSP Canada - LanaudièreSP Canada - MontérégieSociété canadienne de la sclérose en plaques - Section OutaouaisSociété canadienne de la sclérose en plaques - EstrieSociété Canadienne de la Sclérose en Plaques ... See MoreSee Less
View on Facebook
CRU co-director Ziv Gan-Or and his team at the Neurogenomics and Precision Medicine Lab at The Neuro are working to accelerate the development of new treatments for Parkinson’s Disease. They used machine learning to help find promising new targets that could be tested in clinical trials faster. After analyzing large amounts of genetic data from brain tissues, the computer algorithm they used pointed to new genetic mutations that might play a role in Parkinson. It also singled out the inositol pathway as a promising target. Inositol is a type of sugar in our body that affects neurotransmitter levels -- chemicals that help transmit messages between nerves. The team recently published their findings in the leading journal Brain. More research is needed to understand how these genes and pathways are connected to Parkinson’s, but zeroing in on targets for new treatments helps researchers move in the right direction sooner. Article summary: academic.oup.com/brain/article/147/3/887/7296059 For Parkinson trials at the CRU: cru.mcgill.ca/mvtdisorders/ **Ziv Gan-Or, codirecteur de l’URC, et son équipe du Laboratoire de neurogénomique et de médecine de précision du Neuro travaillent à accélérer le développement de nouveaux traitements pour la maladie de Parkinson. Ils ont utilisé l’apprentissage automatique pour aider à trouver de nouvelles cibles prometteuses qui pourraient être testées plus rapidement dans le cadre d’essais cliniques. Après avoir analysé de grandes quantités de données génétiques provenant de tissus cérébraux, l’algorithme informatique utilisé a mis en évidence de nouvelles mutations génétiques susceptibles de jouer un rôle dans la maladie de Parkinson. Elle a également identifié l'inositol comme une cible prometteuse. L'inositol est un type de sucre présent dans notre corps qui affecte les niveaux de neurotransmetteurs, des éléments chimiques qui aident à transmettre des messages entre les nerfs. L'équipe a récemment publié ses résultats dans la revue de pointe Brain. Des recherches supplémentaires seront nécessaires pour comprendre comment ces gènes et ces éléments sont liés à la maladie de Parkinson, mais proposer des cibles prometteuses pour de nouveaux traitements permet aux chercheurs d’avancer plus rapidement dans la bonne direction.Résumé de l’article (en anglais): academic.oup.com/brain/article/147/3/887/7296059 Pour les essais sur la maladie de Parkinson à l’URC : cru.mcgill.ca/fr/troublesmouvement/#neurogenomics #machinelearning #ganorlab #parkinsons #parkinsonsdisease #maladiedeparkinson The NeuroParkinson QuébecParkinson CanadaMcGill Faculty of Medicine and Health Sciences ... See MoreSee Less
View on Facebook
À l’occasion de la Journée mondiale des tumeurs cérébrales le 8 juin, l’URC est heureux d’annoncer qu’une nouvelle cohorte vient d’être ajouté à l’essai clinique GBM AGILE pour le glioblastome, une forme agressive de cancer du cerveau avec un taux de récidive de 90 %. En raison de la complexité de nombreuses tumeurs cérébrales, les progrès dans le développement de traitements ont été lents. L’URC est ravi de participer à cet essai international innovant qui étudie plusieurs médicaments expérimentaux dans des cohortes distinctes de patients. Cet essai contribue à multiplier l’accès des patients aux thérapies les plus novatrices et à augmenter le nombre de traitements potentiels étudiés dans un court laps de temps. Pour en savoir plus : cru.mcgill.ca/agile_fr/. Pour les essais à l’URC : cru.mcgill.ca/bt, (514) 398-4400 ext. 0394 ou bt-cru.neuro@mcgill.ca.**On World Brain Tumour Day June 8, the CRU is happy to announce that a new cohort has just been added to the GBM AGILE clinical trial for glioblastoma, an aggressive form of brain cancer with a 90% rate of recurrence. Due to the complexity of many brain tumours, progress in developing treatments has been slow. The CRU is excited to take part in this innovative international trial which is studying several investigational drugs in separate cohorts of patients. This trial is helping to multiply access for patients to the most novel therapies and increasing the number of potential treatments being studied in a short period of time. Learn more: cru.mcgill.ca/agile_en/. For trials at the CRU: cru.mcgill.ca/bt, (514) 398-4400 ext. 0394, or bt-cru.neuro@mcgill.ca. #worldbraintumorday #braintumor #glioblastoma #glioblastome #tumeurcérébrale #@TheNeuroMNI@BrainTumourFdn ... See MoreSee Less
View on Facebook
As part of ALS Awareness Month, we take a moment to recognize how far we have come in the development of new therapies for this neurological condition that costs the lives of almost 3 Canadians each day. Dr. Angela Genge, director of the ALS Centre of Excellence at The Neuro and a principal investigator of ALS clinical trials at the CRU spoke to CBC News Montreal about recent advances in research and the approval of new therapies to treat ALS. As more genetic subtypes of the disease are identified and more precise targets for new treatments are developed, we are optimistic that the next decade will bring even more effective therapies.Watch the interview (begins at 4:30): www.cbc.ca/player/play/video/9.6120230For ALS clinical trials at The Neuro: cru.mcgill.ca/trials/als-clinical-trials**Dans le cadre du Mois de sensibilisation à la SLA, nous prenons un moment pour reconnaître le chemin parcouru dans le développement de nouvelles thérapies pour cette maladie neurologique qui coûte la vie à près de trois Canadiens par jour. La Dre Angela Genge, directrice du Centre d'excellence sur la SLA au Neuro et chercheuse principale des essais cliniques sur la SLA à l’URC, a parlé à CBC News Montréal des progrès récents en recherche et de l'approbation de nouveaux traitements pour traiter la SLA. À mesure que de nouveaux sous-types génétiques de la maladie sont identifiés et que des cibles plus précises pour de nouveaux traitements sont développées, nous sommes optimistes que la prochaine décennie devrait apporter des thérapies plus efficaces.Pour écoutez l'entrevue (en anglais seulement; débute à 4 minutes 30) : www.cbc.ca/player/play/video/9.6120230Pour les essais sur la SLA au Neuro : cru.mcgill.ca/fr/sla-2/#als #sla #strikeoutals #endals #alsawarenessmonth The Neuro Société de la SLA du Québec - ALS Society of Quebec ALS Canada Canadian Organization for Rare Disorders ... See MoreSee Less
View on Facebook
🎉Congratulations to Helen Fong, RN, MSc.A who received the International DAISY Award from the World Federation of Neuroscience Nurses for her outstanding contribution the profession! 🎉In over 20 years at The Neuro, Helen has been a bedside clinical nurse in Neurosurgery, a clinical research coordinator and a research nurse to exceptional standards. In addition to bedside care, she shared subspecialty knowledge as a clinical teacher at McGill, as well as a Nursing Professional Development Educator across all neuroscience units of the McGill University Health Centre, where she taught nurses highly specific skills and contributed to the development of protocols and standards of practice. Building on the excellence of nursing care at The Neuro, Helen adapted the institution's existing neuroscience nursing training to an online format, and developed an on-site internship allowing nurses from across Canada to improve their skills. She also expanded the initiative in partnership with a neuroscience hospital in Shenzhen, China. Throughout it all, Helen has consistently been recognized by her patients and peers for going above and beyond. We're incredibly proud of the caliber of care we can offer patients at the CRU. **🎉Félicitations à Helen Fong, Inf., MSc.A, qui a reçu le prix iternational DAISY de la Fédération mondiale des infirmières en neurosciences pour sa contribution exceptionnelle aux soins infirmiers ! 🎉Pendant plus de 20 ans au Neuro, Helen a été infirmière clinicienne en neurochirurgie, coordonnatrice de la recherche clinique et infirmière de recherche à très haut calibre. En plus de ces fonctions au chevet des patients, elle a partagé ses connaissances surspécialisées en tant qu'enseignante clinique à McGill, ainsi qu'en tant qu'éducatrice en développement professionnel en soins infirmiers dans toutes les unités de neurosciences du Centre universitaire de santé McGill. Dans ce rôle, elle a enseigné des compétences très pointues et a contribué à l’élaboration de protocoles et de normes de pratique. S'appuyant sur l'excellence des soins infirmiers offerts au Neuro, Helen a adapté le programme de soins infirmiers en neurosciences de l'établissement à un format en ligne, permettant aux infirmières de partout au Canada de suivre un stage au Neuro ; elle a également développé une formation internationale pour les infirmières d'un hôpital de neurosciences à Shenzhen, en Chine. Helen a toujours été reconnue par ses patients et ses pairs pour son désir de surpasser les attentes. Nous sommes incroyablement fiers de la qualité des soins que nous pouvons offrir aux patients à l'URC.The NeuroWorld Federation of Neuroscience Nursing World Federation of Neuroscience Nurses Canadian Association of Neuroscience Nurses McGill Faculty of Medicine and Health Sciences Centre universitaire de santé McGill - McGill University Health Centre McGill Nursing McGill Faculty of Medicine and Health Sciences #wfnn #CANN #DAISYAward #neurosciencenursing #neuroscience #award ... See MoreSee Less
View on Facebook